• Accueil
  • > Liens
  • > La NZ, la fin : conclusion et réflexions(s)…

La NZ, la fin : conclusion et réflexions(s)…

20 04 2012

ET voilà,la partie « Nouvelle Zélande » de ma vie se termine. Presque 8 mois se sont écoulés depuis mon départ. C’est l’heure des bilans, conclusions, joies, tristesses bla bla bla…et oui, on y échappe pas!je pourrais faire ce bilan avec moi-même mais j’ai compris que pour vraiment voir les choses, il faut les écrire (pour ne pas les oublier,et puis aussi parce que certains d’entre vous m’ont suivi a travers ce blog!)

1er point : un pays pas comme les autres

La NZ, pour résumer, c’est L’europe, sans les mauvais côtés. Peu d’habitants (4 millions) donc beaucoup d’espace pour tout le monde, peu de grandes villes(en fait pas grandes villes a part Auckland, Wellington et Dunedin), de la nature partout(très protégée et encadrée par le département de conservation), je vous laisse juste juger par les photos qui parcourent le blog!

Mais ce que je retiendrais avant tout, c’est les gens. De la gentillesse de partout. Des gens naturellement gentils et prêt a aider(vous ne restez pas plus de 5 minutes avec un plan de ville dans les mains sans que quelqu’un vienne vous proposer son aide!), j’en ai fait l’expérience, tout le temps, partout. Ici les gens sont optimistes, assez heureux de ce qu’ils ont, et ils n’ont pas de limites dans leurs projet, ils n’ont pas peur car on ne leur a pas appris a avoir peur! Et ils sont « débrouillards » et n’attendent pas que ça leur tombe du ciel.

En France(et peut être en Europe), nous avons une tendance naturelle a nous plaindre, nous regarder le nombril, a essayé d’écraser les autres pour montrer qui est le plus fort (je généralise un peu mais c’est quand même bien vrai), a juger les gens, a se rassurer en montrant que « chez nous c’est mieux », a attendre que les choses arrivent, a croire qu’un nouveau président (ou actuel) y changera quelque chose…je pensais tout ça avant aussi, ou du moins je savais que ce n’était pas bien mais je me contentais d’être comme tout le monde…tout ça a un peu changé (enfin disons que je suis sur la bonne voie). La première chose a changer quand ça ne va pas, c’est soi : notre capacité a voir le monde, a le voir objectivement, en oubliant son environnement a soi, sa culture, son conditionnement (sans le renier bien sur) et  j’enchaîne sur le 2eme point

2ème point : les voyages, un changement …qui fait changer!

Et oui, pour comprendre son environnement, il suffit de s’en éloigner pour réaliser ce qui va et ce qui ne va pas. Comme je le disais, j’ai vraiment compris ici que l’on voit tous la vie a travers un prisme différent qui est composé de notre vécu…et qui fait qu’on ne comprend pas toujours les autres! je ne dis pas qu’il faut se renier, sinon on ne serait pas soi (au passage, vous aurez remarqué j’aime bien faire de la psychologie de comptoir) mais qu’il faut juste savoir poser ses bagages pour comprendre les autres, qu’ils soient cons ou intelligents. Mais comme on veut tous imposer nos idées et qu’on est persuadé d’avoir raison…alors moi je vous le dis, on n’est pas sorti de l’auberge!

Donc partir permet d’avoir du recul sur sa vie, sa famille, son métier…bref son monde. Je ne dis pas que j’ai réglé tous les problèmes inhérent a l’humanité…je n’ai pas cette prétention, j’ai juste pris conscience de plein de choses, et même après avoir compris tout ça, c’est très dur a mettre en place…j’y travaille (un peu…), chacun son rythme!

 

3ème: merci (oui, comme les stars je dis merci)

Bon alors déjà merci a mes parents de m’avoir fait, sans eux, je ne serais pas parti! (Tu vois maman, il ne m’est rien arrivé!), merci a tous mes collègues de boulot pour la petite enveloppe (je vous cite pas les copains, la liste est nombreuse, j’espère que vous avez tous reçu ma/mes cartes postales), merci a la famille pour le soutien aussi (personne m’a dit « t’es fou » quand j’ai dit que je partais a 18000 kilomètres), Dominique pour m’avoir hébergé avant de partir (et quand je vais revenir aussi), ma soeur pour le soutien moral (je ne parle pas beaucoup mais je n’en pense pas moins!), mes grands parents pour avoir garder mon chat (qui est si bien la-bas, va-t-il vouloir revenir?), les gens rencontrés pendant le voyage (le nombre se situe entre 100 et 1000) mais je retiendrais les longs voyage avec Anne Laure et Seb(les suisses de France en Australie) et ce mois de décembre un peu fou, Fanny(la suissesse de Suisse) et sa voiture…et tous les gens chez qui j’ai fait du wwoofing mais ils ne liront jamais ce message…Et toutes les rencontres improbables, les coïncidences incroyables…mais pour ce côté-là, elles n’appartiennent qu’a moi!

et merci a Lillie d’avoir été mon fil rouge pendant tout ce temps!


Actions

Informations



Laisser un commentaire




alixzim |
sandramartin |
The endless summer |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | POLGA VERS L'EST
| Two Months in New Zealand
| 2010 : Un bout d'asie....